Home sweet Home

J’ai toujours voulu faire des portraits qu’ils soient posés ou volés. Je voulais capter de l’humain. J’ai commencé à domicile, tout y est plus rassurant, connu.  Avec ce Mamiya rb67 qui impressionne par ses dimensions mais aussi par le fait que pour celui qui pose il n’y a qu’une ou deux prises de vue, je demande à des amis ou de la famille de se placer  devant l’objectif les laissant libre de la pose. Je me suis rendu compte que pour le sujet pris en photo, le moment d’attente dû aux multiples réglages de l’appareil, celui-ci n’ayant pas de cellule il faut à chaque fois que je reporte les mesures prises avec un petit appareil numérique, bref ce moment d’attente est différent pour chacun. Allant du stress souvent manifesté par un petit rire gêné à une parfaite décontraction, les gens sont tous différents à cet instant qui peut paraître anodin. Chaque portrait est alors précédé d’une conversation, d’une nouvelle rencontre finalement. « Home sweet home » est devenu un projet à part entière ; une rencontre, une personne, une prise de vue chez moi, toujours sur cette même chaise. A chaque fois un moment différent et pas seulement parce que la personne que je prends en photo change, je redécouvre quelqu’un au travers de l’objectif.

Cette série n’est pas finie, elle est en pause pour l’instant vu que je suis loin de mon « home sweet home ».

I always wanted to make portraits, posed or stolen. I started shooting people at my place as everything looks more familiar and reassuring. I started shooting with an old mamiya rb67 that looks really impressive. Often surprised by the object because of its weight and largeness, but also of all that includes shooting with it. One or two shots maximum, a lot of time before taking the picture as it has no light calculator i need to make some settings before shooting. During this moment i can see that the attitude of people can be really different from, one to the other. From being stressed which would be expressed by a nervous laugh to complete decontraction, this moment that looks familiar is always a way to meet the person sitting on the chair, in front of the camera, meeting her from an other angle.

This serie is not over yet, i just paused it being far from home right now.

Mimy Rage Mathieu steph

Brice Boubou

StephSebTchapRoxanePapaManuJanesAnaTropic Babast Delphine Dude Karen Pelot Laurent Pinto

 

Publicités

13 réflexions sur “Home sweet Home

  1. Your portraits are superb, not only technically.

    I’m struck by how ‘alive’, relaxed and natural they all feel, drawing this out in your subjects actually speaks highly of you as a person.

    Such inspiring photographs.

  2. I had a Mamiya RB67 in the 1970s. Wonderful camera. I traded it with a professional photographer for a 5″x4″ plate camera with front and back movements. Today I am unashamedly 100% digital, my physical darkroom dismantled (33 years ago), but my digital darkroom – Adobe Lightroom and Photoshop CS5 – suit me well. Having said that, I fully understand and applaud your reasons for remaining analogue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s