Belgrade – Melting Pot on Pussy Square 3

Belgrade

Il pleut sur les réfugiés, le froid arrive avec l’hiver. Les policiers sont de plus en plus nombreux sur la place et commencent à démonter les tentes, petit à petit. Un hébergement en foyer est proposé, des murs un toit, mais les réfugiés ont peur, ils ne font pas confiance, peu de gens parlent arabe, l’incompréhension règne, ils dorment dehors sur des bancs, dans des parcs de la ville, sans tente. J’imagine cette longue route qui les mène vers l’Europe du Nord. L’orient est tellement différent, chaleureux, accueillant, vivant ; ils vont vers le froid. Ils ne savent pas pour la plupart ce qu’ils vont trouver, remplis d’espoir, fuyant la guerre ou des conditions économiques désastreuses, ils fuient leur pays en destruction. Irak, Afghanistan, Syrie, les conflits empirent, la guerre fait peur juste en croisant leurs regards.

Je ne me sens toujours pas à l’aise pour prendre des photos. Est-ce que je voudrais qu’on prenne des photos de moi quand je suis en train de marcher dans la boue? Quand je porte mes enfants à bout de bras après avoir dormi dehors ou sous un abri de fortune? La grisaille constante n’ajoute rien à cet environnement dramatique. Je me dis que si je fais des photos alors ce sera des moments de joie, je veux tenter de les rendre beaux, tricher avec l’image, parce que c’est possible. Beaucoup me disent que je dois rendre la situation dramatique si je veux avoir un impact. Je n’en suis pas si sûr.

Je fige des scènes de joie, des réfugiés dansant au son du djembé, des jeux de ballon entre deux averses.

It’s raining on the refugees and  cold is coming along with winter. On the square the number of policemen is increasing and they start gradually  taking the tents down.
 

Refugees are offered an accomodation, a roof for the night, but they are afraid, they don’t trust people. Arabian is not a common language and so it’s difficult to be understood. They prefer to sleep in the open on benches, in the town parks, without a tent.

I can imagine that long road which leads them towards Northern Europe. The East is so different- warm, welcoming and lively.They are going to the cold countries. They don’t know what to expect, for most of them, full of hope, running away from the war or the frigthening state of the economy, running away from their destroyed country – Irak, Afghanistan, Syria. Conflicts are getting worse and worse. We are frightened by  the war just by looking in  their eyes.

I still don’t feel at ease to take photos. Would I like to be taken while walking in the mud? When I carry my children at arm’s length after having slept in the open or under a makeshift shed? The continuous bad weather is of no help to that dramatic situation.

I reckon that if I take photos, I’ll choose moments of joy. I want to try and cheat with pictures because it’s possible. Many people tell me that I must show a dramatic situation if I want to impress. I am not quite sure about that.

I fix moments of joy, refugees dancing while djembes are beating and children playing ball games between two showers.

000038 000039 000026 000030 000031 000022-4 000023-4 000021-2

Publicités

8 réflexions sur “Belgrade – Melting Pot on Pussy Square 3

  1. :)
    grand Merci, vous Témoignez l’âme au Cœur, par votre @rt, et vous redonnez à ceux appelés « immigrés » la Leur… de toute beauté…
    Être à contre courant, de ce que d’autres regards attendent de Vous, démontre votre Sincérité, et vous offrira un Chemin Bien meilleur pour votre msg… d’honnêteté… Bien à Vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s